Espèces en péril

Les évaluations écologiques comportent souvent des études décrivant les espèces en péril de la région. Les évaluations de Premier prennent en compte les amphibiens comme les salamandres, les chauves-souris (parfois appelé myotis), les oiseaux, les poissons, les serpents et les tortues. Dans de nombreux cas, ces évaluations d’espèces en péril permettent d’identifier l’environnement naturel nécessaire à cette espèce sur le site. De là, un plan de gestion de l’environnement peut être mis au point pour protéger les espèces en péril.

Premier a étudié plus de 50 espèces, dont :

  • L’iris lacustre (une plante à fleurs)
  • L’hydraste du Canada (une plante à fleurs)
  • Le noyer cendré (un arbre)
  • Le goglu des prés (un oiseau qui niche au sol)
  • La tortue mouchetée (une tortue vivant dans les zones humides, les rivières, les lacs)
  • La couleuvre tachetée (serpent originaire d’Ontario)
  • La petite chauve-souris brune (chauve-souris qui utilise les cavités des arbres au cours de l’hibernation)
  • Le méné long (poisson vivant dans de petits ruisseaux qui s’écoulent vers les Grands Lacs)
  • Le caribou des bois (grands mammifères présents dans la forêt boréale)

Communiquez avec nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur nos services pour les espèces en péril.