L’évaluation des matériaux de construction dangereux

Avant la rénovation ou la démolition d’un bâtiment, la Colombie-Britannique, l’Alberta, le Québec et la Nouvelle-Écosse exigent une évaluation des matériaux de construction dangereux, pour fins de diligence raisonnable. En réalité, l’évaluation des matériaux de construction dangereux a la même fonction qu’une évaluation des matières dangereuses en Ontario.

Les vérificateurs de Premier connaissent les exigences spécifiques des évaluations de matériaux de construction dangereux qui sont réglementées par les gouvernements provinciaux en matière de santé et de sécurité au travail et précisées à titre de codes de pratique ou qui sont citées dans des documents d’orientation publiés par :

  • Work Safe B.C.
  • le gouvernement de l’Alberta
  • le gouvernement de la Saskatchewan
  • SAUF Manitoba
  • Le ministère du Travail de l’Ontario
  • Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) du Québec

Les matériaux de construction dangereux inclus dans la norme d’évaluation des matériaux de construction dangereux sont les suivants :

  • L’amiante dans les matériaux de construction
  • Le plomb dans la peinture, le béton, le mortier et la tuyauterie
  • Le mercure dans les thermomètres, les manomètres, les interrupteurs et relais électriques
  • La silice dans le béton, la maçonnerie, la pierre et les chaudières réfractaires
  • Les biphényles polychlorés (BPC) dans les appareils d’éclairage fluorescent et les ballasts, les transformateurs et autres équipements électriques
  • Matériaux de construction contaminés par de la moisissure
  • Les substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) dans les appareils de chauffage et l’équipement de refroidissement

 

L’étude peut également être élargie pour inclure des substances potentiellement dangereuses telles que des matières radioactives et la mousse d’urée-formaldéhyde (MIUF).

Une évaluation des matériaux de construction dangereux de Premier comprend toujours les éléments suivants :

  • Inspection visuelle de toutes les zones du bâtiment facilement accessibles, afin d’identifier et délimiter les matériaux et l’équipement susceptibles de contenir des matières dangereuses
  • La collecte des échantillons pour analyse par un laboratoire agréé
  • Préparation d’un rapport de synthèse contenant :
    • Les plans illustrant les emplacements de tous les matériaux et des échantillons prélevés
    • Les certificats d’analyse en laboratoire
    • Le journal photographique
    • L’aperçu de la réglementation
    • Des recommandations générales et une déclaration des quantités si applicable.

L’équipe d’estimateurs de la construction de Premier a mené des enquêtes pour des bâtiments de toutes dimensions et de tous types, allant de la maison unifamiliale à des tours de bureaux, en passant par des installations industrielles telles que des usines de papier. Nous avons la capacité d’évaluer rapidement et efficacement l’ensemble de vos bâtiments au Canada et nous vous affecterons un professionnel chevronné qui sera votre unique agent de liaison, pour toutes vos propriétés.

Lors de la demande d’une évaluation des matériaux de construction dangereux, assurez-vous de spécifier si un échantillonnage invasif est possible. Lorsqu’ils sont en mesure de voir à l’intérieur des murs ou des plafonds, les vérificateurs trouvent souvent des matériaux supplémentaires et peuvent ainsi éviter des complications imprévues lors de la construction.

Communiquez avec nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur nos services d’évaluation des matériaux de construction dangereux.